Le grand livre – L’essentiel est que les chiffres soient exactes

Gérez simplement votre grand livre dès à présent.
Saisissez votre adresse électronique et c’est parti.

Les chiffres sont un élément vital de l'économie. Ils vous permettent non seulement d’obtenir de précieuses réponses à des questions relatives aux affaires mais également de vous orienter dans un environnement marqué par les entreprises à but lucratif. Ils vous explique par exemple le degré de réussite d'une entreprise en particulier par rapport aux autres acteurs du marché, et fournissent par conséquent de solides bases décisionnelles concernant à la fois la société concernée, ses clients, partenaires commerciaux et investisseurs. Les informations nécessaires doivent cependant être collectées afin que toutes les parties intéressées puissent bénéficier de ces précieux conseils sur la base desquels des chiffres-clefs significatifs tels que le profit ou la productivité peuvent être calculés. La comptabilité financière entre ici en jeu. Comme son nom l'indique, la comptabilité financière mesure toutes les transactions pouvant avoir une incidence financière sur une entreprise. Il y a cependant d’autres processus opérationnels influençant les actifs de l’entreprise comme par exemple la dépréciation des installations suite à la production ou encore la cession de biens immobiliers n’étant plus nécessaires.

Le grand livre en tant qu’intégralité de tous les comptes

Toutes ces opérations doivent maintenant être enregistrées par le comptable à l’aide de comptes afin que, entre autres, la structure du patrimoine et le bénéfice réalisé deviennent compréhensibles. Il est particulièrement important, notamment pour les investisseurs, de comprendre si le bénéfice déclaré repose réellement sur une activité prospère de la société ou s’il repose simplement sur une possible dissolution des réserves latentes. L’intégralité des comptes dont se sert l’entreprise pour enregistrer ses transactions commerciales représente le grand livre. Certains comptes particulièrement intéressants de ce livre, comme par exemple le compte collectif débiteurs, sont tenus de façon détaillée dans une comptabilité auxiliaire. Des informations plus explicites dans ce domaine sont ainsi déterminées et nous permettent de mieux comprendre le changement purement numérique et peu significatif du compte principal. Les résultats des des comptabilités auxiliaires sont finalement transmis à la comptabilité principale correspondante.

La définition du grand livre

La définition du grand livre comprend les domaines suivants : ce livre fait d’une part office de terme générique pour tous les comptes utilisés par la comptabilité de l’entreprise pour la saisie de ses transactions commerciales, et est d’autre part également la désignation d’un des trois livres utilisés dans le cadre de la comptabilité en partie double. Les comptes sont ainsi répartis dans des comptes d’actifs et de passifs, ainsi que dans des comptes de stocks et de charges. Ce domaine de la comptabilité est en interaction permanente avec le journal dans lequel sont indiquées toutes les transactions commerciales dans l’ordre chronologique avant la validation réelle. Une fois que la comptabilité a effectué une entrée au journal, cette dernière est affectée au compte correspondant du grand livre et correctement enregistrée. Cette allocation a, contrairement à la structure temporelle du journal, lieu en fonction de critères purement objectifs. Si un client devait acquérir un produit et le payer comptant, cette transaction sera par exemple inscrite comme suit : produit de vente de marchandise en caisse. Ce type d’écriture est engendré par le fait de la comptabilité en partie double. Le compte de caisse est un compte de stock, les produits de vente de marchandise en caisse seront inclus dans les comptes de résultat. Les comptes de résultat décrivent les changements ayant lieu dans les comptes de stock. Il est par conséquent évident que l’argent du tiroir-caisse a été réalisé par les produits de vente de marchandise en caisse et qu’il ne résulte pas du fait qu’un employé de banque ait perçu un certain montant et donc fait un dépôt en espèces.

Le grand livre fait le bilan

Les entreprises tirent le résultat final de tous leurs comptes à la fin de chaque exercice, habituellement une fois par an. C’est ainsi que la comptabilité crée le bilan et le compte des profits et pertes. Toute personne intéressée par une société examinera principalement ces deux importantes sources d’information car elles  reflètent la situation de fortune ainsi que la dette financière de ladite société. Les professionnels les utilisent pour en tirer des nombres pas vraiment évidents à première vue mais leur permettant de tirer des conclusions quant à l’état de santé d’une entreprise. Cela constitue une base essentielle aux potentiels investisseurs pour se prononcer pour ou contre une société. Les bilan et compte de profits et pertes sont également utiles à l’État parce qu’ils permettent à l’administration fiscale de déterminer quels impôts devront payer les entreprises. Le législateur régule donc les exigences minimales prescrites que doivent respecter les entreprises dans l’établissement de leurs états financiers.

Le grand livre est de nos jours principalement exécuté de façon numérique à l'aide d'un logiciel de comptabilité. Ce dernier facilite le travail et permet de gagner du temps. Avec bexio, le logiciel de gestion intégrée pour les PME et les personnes indépendantes, le journal est par exemple automatiquement exécuté et les bilan et compte des profits et pertes complétés.  Vous inviterez simplement votre fiduciaire à collaborer aux fins du compte annuel. Vous bénéficierez ainsi de plus de temps à dédier à vos clients. Testez gratuitement bexio dès à présent pour 30 jours et sans engagement.

Testez gratuitement bexio dès à présent pour 30 jours et sans engagement.