Les actifs du bilan en bref

Entrez votre adresse e-mail et testez gratuitement.

Une entreprise est généralement tenue d’établir un bilan complet et équilibré, et qui doit être disponible et compréhensible par les auditeurs externes à tout moment. Les actifs en font partie. Nous allons expliquer ce terme technique.

Actifs et passifs – tout est clair ?

Pour l’essentiel, un bilan se divise en Actifs et Passifs selon le modèle suisse. Dans la partie gauche du bilan se concentre les actifs, certains éléments y sont répertoriés selon un ordre particulier. S’y trouvent par exemple les actifs « caisse » ou « encours et immobilisations ».

Contrairement aux passifs, les actifs ne comprennent que les actifs nets, qui sont enregistrés à la comptabilité et qui donnent une somme totale. Dans une comptabilité exacte, ce résultat correspond exactement à la somme de la partie droite, à savoir les passifs. Le côté droit représente uniquement les composantes du capital d'une société comprenant les capitaux propres et la dette à long terme. En cas d’audit externe, il faut veiller à ce que les deux parties, la gauche et la droite aient la même somme.

Les éléments individuels des actifs (partie gauche) d’un bilan

Qu'est-ce qu'un compte d’actifs ? En termes simples, tous les éléments du côté gauche sont des comptes qui enregistrent régulièrement des entrées et des sorties d'argent. Un élément décisif de l'actif est le poste « soldes bancaires », qui représente les actifs bancaires totaux d'une société, c’est-à-dire l’argent total instantané sur l’ensemble des comptes bancaires. L'agencement des éléments visibles n’est pas imposé, mais est déterminé par la liquidité. Plus rapidement l’entreprise peut transformer l’argent du compte en argent « réel », plus liquide est l'élément. Comme les avoirs bancaires sont beaucoup plus liquides que, par exemple, les machines ou les véhicules d'une entreprise, ce poste se trouve très haut sur la partie gauche du bilan de l'entreprise.

Qu’est-ce qu’une permutation d’actifs ?

Qu’est-ce qu’une permutation d’actifs ?

En bref, une permutation d'actifs décrit la conversion des actifs déjà existants. Une valeur spécifique est transférée entre deux éléments, c’est-à-dire qu’un actif augmente alors qu’un autre diminue. Par exemple : si un client achète un produit et le paye en espèces, les comptes « marchandise » et « caisse » sont affectés - les deux sont des comptes d’actifs. Le total du bilan reste le même : le compte « marchandise » diminue, alors que le compte « caisse » augmente en recevant de l’argent.

Si deux comptes de passifs subissent la même opération, alors on parle de permutation de passifs.

Le compte « caisse » est de loin le plus liquide puisqu’il s’agit des espèces détenues par l’entreprise, qui sont disponibles à tout moment. À l'opposé complet se trouve le poste « propriété commerciale », qui rassemble majoritairement les biens immobiliers comme les bâtiments commerciaux ou les usines. Pour maintenir chacun des comptes transparents, les principes de comptabilité doivent être compréhensibles et les écritures comptables doivent être indiquées et sauvegardées physiquement et électroniquement. Ceux-ci comprennent, par exemple, les factures d'achat d'équipement ou de livraisons de matières premières, qui sont renseignées au compte approprié. Ainsi, l'entreprise peut déterminer quelles recettes et dépenses ont été comptabilisées durant une période donnée et les évolutions approximatives futures.

Les actifs immobilisés et les actifs courants dans le bilan

Les éléments intermédiaires d'actifs constituent les actifs immobilisés et courants, qui sont une somme des comptes spécifiés. Les actifs courants comprennent les postes « caisse », « avoirs bancaires » et « stocks des matières premières ». Les comptes « créances sur les biens et services » et « travaux en cours » en font également partie. Les immobilisations corporelles comprennent par exemple, les comptes « mobiliers et matériels », « véhicules » et « biens commerciaux ». Les deux types d'actifs sont ensuite additionnées pour donner le total des actifs du bilan.

Lors de l'élaboration des éléments individuels, il faut faire très attention à ce que les paiements reçus se trouvent bien dans la période correspondante. Les recettes rétroactives doivent être insérées dans la période appropriée, de sorte que le bilan actuel ne soit pas faussé. En gros, la partie des actifs est une image miroir de la partie des passifs. Si une machine est achetée, alors le compte correspondant (crédit par exemple) de la partie des passifs augmente du même montant. Ainsi l’auditeur financier peut à tout moment savoir exactement comment ont évolué les achats ou ventes de matériels, d’équipements ou de produits financiers d’un point de vue comptable.

Selon l’entreprise, le montant des postes peut varier considérablement. Les entreprises industrielles possèdent traditionnellement plus d'usines, de machines ou d’installations que les banques ou les compagnies d'assurance, ce qui explique les différences dans ces postes. Pour les sociétés financières, les « encours bancaires » sont nettement plus élevés que le compte « brevets ». D'autre part, le capital propre et surtout les dettes sont plus élevés que dans les entreprises commerciales ou artisanales. Dans les entreprises industrielles, le compte « stock des matières premières » de la partie des actifs (côté gauche) revêt une importance particulière, étant donné que ces matières premières représentent le point de départ des futurs produits. Les possibles hausses de prix peuvent être identifiées relativement rapidement sur les comptes respectifs, afin que l'entreprise puisse réagir rapidement.

Testez bexio pendant 30 jours gratuitement et sans engagement